Interview : Capucine Piot de Babillages

Capucine Piot est une jeune femme de 24 ans. Passionnée de cosmétiques, elle a ouvert son blog beauté, Babillages, en avril 2007 « pour partager ses découvertes et ses secrets avec d’autres beauty addicts ». Personnellement, je suis l’évolution de Capucine depuis le début. Non pas que je suis une fan de produits de beauté ou de maquillage, bien que j’avoue que je consulte absolument tous les billets qui parlent « cheveux », mais plutôt parce que j’admire son parcours de blogueuse. 

Et puis on était en classe prépa lettres ensemble, c’était bien une raison suffisante ! J’ai donc vu Babillages grandir au fil des mois et des années, j’ai vu Capucine s’épanouir dans l’écriture de son sujet de prédilection et je l’ai vue atteindre ses objectifs professionnels. « Wow, j’aimerais bien me lancer aussi ! » me disais-je à l’époque. Parce que Capucine m’a inspirée dans ma démarche, j’ai souhaité l’interviewer sur mon blog, espérant qu’elle vous inspire, vous aussi !

 

Capucine Piot de www.babillages.net

 

Au départ, Capucine bloguait pour « se marrer » et montrer « qu’elle savait écrire ». Cinq ans après, son blog est désormais « une vraie carte de visite » professionnelle, dont elle en vit partiellement. Trève de « babillages » et passons aux questions !

 

Bonjour Capucine et merci d’avoir accepté d’être interviewée sur Apprendre à Bloguer !

Rentrons dans le vif du sujet : tu as fait tes premiers pas sur skyblog, plateforme de blog gratuite, puis tu as décidé d’acquérir ton propre nom de domaine afin de gérer ton blog comme une pro. Pourquoi et comment as- tu fait cette transition que beaucoup de blogueurs débutants appréhendent ? Avais-tu des compétences techniques au préalable? As-tu appris sur le tas ? As-tu délégué certains aspects ?

Capucine : J’avais besoin d’évoluer. Skyblog est une plateforme très connotée et elle ne me ressemble pas. Alors, quitte à changer, autant être indépendante créativement et techniquement parlant ! D’où l’achat d’un nom de domaine, d’un hébergement, et la construction du blog via WordPress. C’est mon copain de l’époque qui a tout géré pour mes débuts, et puis j’ai rapidement voulu apprendre : je n’aime pas être dépendante d’autrui.
Aujourd’hui, mon meilleur ami est aussi mon support technique car je manque de temps et je n’aime pas trop me prendre la tête avec ce genre de choses. Mais pour le template du blog, je suis seule. (Et ça se voit peut-être, d’où le thème minimaliste, ahah !). Mais globalement, apprendre sur le tas m’a permis d’avoir les bases et notamment de faire mon job.

 

Lorsque tu as publié ton tout premier billet en avril 2007, tu te demandais si tu allais éventuellement être lue. Maintenant ton blog enregistre près de 10 000 visites par jour ! Avec du recul, quelles ont été les actions/étapes « clés » que tu peux identifier comme ayant vraiment fait la différence pour que ton blog rencontre le succès ?

Capucine : Lorsque j’ai commencé à bloguer, je savais que je serais lue par les bonnes personnes : mes futurs maîtres de stage puis mes futurs employeurs. C’était tout ce qui comptait. Et puis, les visiteurs ont commencé à affluer. Très rapidement, j’ai rencontré une équipe de Lancôme à qui j’ai fait part d’une envie : proposer des tutos make-up en ligne. En 2007, c’était hyper novateur pour une marque de se lancer dans ce genre d’aventure et j’étais vraiment ravie que cette marque me fasse confiance ! Surtout que mon blog n’était pas du tout lu ! Mais cette opération m’a permis de gagner en visibilité.
Puis, Babillages a remporté deux prix fin 2008 et a été remarqué par les rédactions d’aufeminin.com et ELLE. Là, ça a été l’explosion (toute relative) : pas mal de parutions presse, des nouveaux visiteurs, de nouvelles perspectives. C’est à ce moment-là que Babillages a commencé à devenir une référence sur le web en matière de cosmétique.
Depuis, je suis lue par des journalistes qui reprennent mes infos (sans citer leur source, grrrr !), par des marques qui sondent le marché et ont parfois besoin en off de mes inputs pour commercialiser des produits (oui, c’est un truc de dingue, mais c’est ma plus grande fierté, même si je ne raconte jamais à mes lectrices ce qu’il se passe en coulisse ! Je tiens à garder ce rapport étroit avec les marques et à ne pas révéler ce qu’elles me confient).
Mon blog n’est pas mondialement connu, les gens ne me dévisagent pas dans la rue, on ne me demande pas de signer des autographes : ça tombe bien, ce n’est absolument pas ce que je recherche. Aujourd’hui, j’aimerais continuer à travailler sur plusieurs choses afin d’être mûre, qui sait, pour être embauchée au sein d’une marque de cosmétique… quitte à abandonner Babillages ! Mais ça, c’est un objectif à très long terme !

 

Journaliste, chef de projet et maintenant social media manager, ton blog, que tu qualifies de « carte de visite » a joué un véritable tremplin dans ta carrière professionnelle. Pourtant, Babillages est aussi un gagne-pain partiel. Ne te verrais-tu pas vivre exclusivement de ton blog ?

Capucine : Honnêtement, je pourrais vivre de mon blog. Je me lèverais à 10h chaque jour, je publierais mon post, puis j’irais à des présentations presse ou profiter de soins offerts par des marques. Et puis, de temps en temps je partirais en voyage, payé intégralement par des marques qui souhaitent que je parle d’elles. Et à chaque fin de mois, je récolterais le fruit de mon dur labeur… Bref, ma vie serait une espèce de néant plutôt superficiel et assez déprimant. Enfin, de mon point de vue. Je me demande toujours ce que font de leur journée ces blogueuses qui vivent de leur passion : à la longue, ça doit vraiment être ennuyeux…!
Et puis, être dépendante de mon blog que je vois plutôt comme un tremplin professionnel et un loisir, ça ne collerait pas ! Je considère que bloguer n’est pas un métier. Au mieux, c’est un effet de mode. Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait. Mais je ne mise pas sur un  Babillages dans 10, 20, 30 ans ! Alors, je construis mon projet professionnel en travaillant, oui. En somme, comme une personne lambda, parce que c’est ce que je suis avant tout ! Je suis une personne qui a de l’ambition. J’ai besoin de travailler et d’être sur-sollicitée intellectuellement parlant pour m’épanouir, c’est vital.

 

Ton blog a plusieurs fois été élu « meilleur blog féminin ». Félicitations ! Mais je suppose que les délices du blogging s’accompagnent aussi de périodes plus amères (manque d’inspiration, de temps, critiques, …). Comment fais-tu pour rester motivée coûte que coûte ?

Capucine : Je me fie à mon instinct et à mes envies. Il m’est arrivé de ne plus bloguer pendant 2 mois. J’avais besoin de faire le point, de me recentrer sur moi-même. Cela a porté ses fruits, je suis revenue plus forte.
Evidemment, je suis un être humain (scoop ! ;)), alors comme tout le monde j’ai mes failles. Pendant trop longtemps, j’ai accordé trop de crédit à mes détracteurs, la rançon du succès paraît-il. Aujourd’hui, je ne les lis plus : je me fiche totalement de ce que l’on pense de Babillages. Les gens sur le web ne connaissent que Babillages. Certainement pas Capucine Piot. Alors… à quoi bon essayer de leur expliquer ?!
Quant au manque d’inspiration, je dirais que si je suis bien dans mes pompes, l’inspiration vient facilement ! Si j’ai un coup de mou dans ma vie perso, j’ai immédiatement moins envie d’écrire sur mon blog. Quoi qu’il arrive, je ne me force pas : je fais ce qui me plaît. C’est purement égoïste. Mais c’est ça qui m’aide à rester Babillages !

 

Babillages fête ses 5 ans ce mois-ci ! Est-ce que ton « bébé », comme tu l’appelles avec humour, demande toujours autant de travail qu’à ses débuts ? Je suis curieuse de savoir combien de temps tu consacres à ton blog et à ses à côtés. Raconte-nous comment tu organises ta vie en ligne en parallèle de ton job et quels sont tes trucs et astuces pour garder la cadence !

Capucine : Babillages demande plus de boulot qu’au début, oui ! Parce qu’on m’attend au tournant, parce que j’ai envie de prendre des photos et que je fouine partout pour trouver L’INFO ! Et aussi parce que Babillages étant lu, cela attire les annonceurs. Je suis démarchée en permanence (communiqués de presse, propositions commerciales…).
Les lectrices également m’envoient beaucoup de mails. Malheureusement, il m’est impossible de tout traiter : j’ai plus de 15 000 mails non lus. C’est ça, de tout gérer artisanalement ;)
Sinon, quant aux journées types, je n’en ai pas ! Je programme tous mes posts de la semaine, le week-end. Et en semaine, je ne fais que modérer mes commentaires, rien de plus !

 

 

Je dois dire que je partage plus ou moins la même vision que Capucine en matière de blogging : je tiens mes blogs parce qu’ils me plaisent, parce que j’en ai envie, parce qu’ils m’épanouissent personnellement, parce qu’ils me forgent professionnellement… Encore mille mercis à Capucine d’avoir partagé avec nous son expérience de blogueuse. Honnêtement, je le répète : c’est grâce à elle (et ensuite après avoir lu quelques livres de Darren Rowse, mon père-blogueur spirituel) que me suis lancée dans le blogging.

D’ailleurs Capucine, je me rends compte que j’ai oublié de te poser une question : quel effet ça te fait de savoir que tu inspires d’autres blogueurs(ses) ?!

Articles connexes:

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100002134547442 Séverine Sellier

    je trouve que cet interview, est vraiment chouette et plein de franchise! et les questions sont vraiment intéressantes.

    • http://www.apprendreabloguer.com Julie Marianna David

       Merci Séverine pour ton retour ! Contente que tu aies apprécié les questions !

  • http://twitter.com/bloguerfacile bloguerfacile

    Toujours très intéressante, ce genre d’interview. Et celle-ci a le mérite, en plus, d’être sympa …

    J’aime bien la franchise de Capucine, et sa vision assez « cynique » du blogging.

    Par contre, je ne suis pas tout à fait d’accord quand elle écrit que sa vie serait « une espèce de néant plutôt superficiel et assez déprimant » si elle gagnait sa vie avec son blog. Si elle aime ça, que le sujet est une passion, et qu’elle apporte un vrai plus à ses lectrices, je trouverai ça plutôt valorisant et intéressant …